ART VOICE BUFFALO

„…un jeu subtile et de bon goût. Le sens de l'équilibre pondéré et de la maîtrise dynamique que manifesta Barnieck fut d'une qualité dominante.“

BUFFALO NEWS


„…cultivé et subtil…. l'une des dernières variations dans le contrepoint légèrement staccato fut un plaisir particulier. ( De la première représentation américaine de "Variations on an English Lullaby" du compositeur sud-africain Dirk de Klerk)
  …Alexina Louie's Music for Piano… telles des "scènes d'enfants" ou "des chants sans paroles" dans la langue de Skrjabin et Messiaen. La beauté s'étendait presque majestueusement dans le dernier mouvement, joué en toute élégance par Jens Barnieck.

BADISCHE NEUESTE NACHRICHTEN
, Baden-Baden
„ .... une soirée consacrée à un récital de piano avec des oeuvres de Franz Liszt…..un programme riche et de grande exigence. Une mémoire grandiose et une concentration imposante …Berlioz parla de masses musicales infinies telles qu'elles apparaissent sous les mains de Liszt. Barnieck les laissa se déployer grâce une technique fascinante…. le pianiste présenta les feux follets d'une manière aussi éclatante que pour les arrangements de chants. Barnieck interpréta la gondole funèbre avec une conviction musicale……….Jens Barnieck manifesta un brillant technique et un talent d'une virtuosité hors du commun.“ 

THE GRADUATE QUILL
, Buffalo

„Le jeu intelligent de Jens Barnieck contribua à déterminer de deux manières les structures de ces chants : "localement" dans chaque chant et "globalement" sur tout le cycle. Je fus particulièrement ému par la manière dont le rythme fut retenu dans le morceau "Verkündigung über die Hirten",afin d'y ajouter une tension dramatique ainsi que par la manière de maintenir le crescendo langoureux sans perdre l'action contenue dans "Maria Verkündigung" (Das Marienleben de Paul Hindemith avec Sarah Leonard)

DIE RHEINPFALZ
, Kaiserslautern

„Au piano, Jens Barnieck fit preuve d'un grand pouvoir d'intuition et d'adaptation dans son accompagnement absolument congénial. Il présenta toutes les nuances du brillant de ce concert : une extase discrète, une culture exquise du timbre et une profondeur d'âme sensible et rituelle". (Matinée musicale de chants avec Kurt Ollmann, SWR Studio, Kaiserslautern).

RHEIN-NECKAR-ZEITUNG, Heidelberg

„La soirée organisée par l'institut américano-germanique mit clairement en évidence qu'il ne s'agissait pas ici d'une représentation pianistique en soliste, mais bien plus de l'exposition de traditions et de leurs évolutions, afin de créer des liens entres les œuvres et leur contenu….. Le pianiste méditatif et perdu dans ses rêves mit en valeur toute la matière sonore en dosant chaque son avec finesse, (Louis Gruenberg "Jazz Masks")… Ce sont de véritables petites histoires que Jens Barnieck nous fit entendre ("Préludes" de Gershwin)…Tout le charme se retrouve dans les harmonies taquines que le pianiste joua avec un brillant et une clarté de grande qualité. Les rythmes moteurs et les figures d'ostinato lui ont conféré un jeu pianistique d'une puissance sans relâche. C'est avec beaucoup d'élégance et dans un climat de concentration profonde d'où se dégage une sonorité magnifique que les notes pointillées et légèrement effleurées telles des étoiles mouchetées devinrent sons. Le pianiste nous a plongé dans le monde enchanteur des sons avec grande finesse et introspection. (Aaron Copland "Sonata").
Dans le "nocturne" de Samuel Barber, la proximité d'un Rachmaninow fut sensible, joué avec de nombreux rubatos en toute élégance…En longeant les cordes des doigts, de manière plus ou moins rapide, des sons spectraux aux tonalités changeantes se créent. Ceci conjugué aux sons identiques à ceux issus du pincement de la harpe laissèrent le génie des eaux chanter des mythes secrets
(Henry Cowell "The Banshee").

PASSAUER NEUE PRESSE

„Ce fut l'une des plus amusantes représentations culturelles de l'été. Dans le cadre du programme auquel contribue l'université aux semaines du festival européen (Europäische Festwochen), Jens Barnieck présenta <Pianamerika – der Klang der Neuen Welt>… Les morceaux d'une extrême difficulté technique qui furent interprétés par Barnieck ont enthousiasmé les auditeurs. On comprit clairement qu'en musique aussi l'Amérique nous offre beaucoup.“

MAINZER ALLGEMEINE ZEITUNG

„....La bonne compréhension rythmique du soliste avec le chef d'orchestre contribua à l'enthousiasme général, notamment lors des parties finales très difficiles du premier et du deuxième mouvement jouées avec une très grande précision. Barnieck dévoila un spectre pianistique stupéfiant, jonglant entre une virtuosité éblouissante de finesse et un coup de tonnerre viril et puissant. " (2e concerto pour piano d'Edward MacDowell avec l'orchestre philharmonique.“